Retour aux pages perso

Échanges pratiques lycée

Fichiers pdf à télécharger par un clic droit de la souris puis enregistrer la cible sous..
Dès la classe de seconde, une progressivité des apprentissages
Débats_d'actualité : pour_acquérir_une culture scientifique en Premières L et ES
phénotype-génotype organigramme
 
Fichiers doc à télécharger par un clic droit de la souris puis enregistrer la cible sous...
Enseigner les SVT en première L et ES
Compétences évaluées au cours de l'épreuve anticipée de SVT du baccalauréat de la série L
Tenir compte des obstacles rencontrés par les élèves pour enseigner
Faire mémoriser les connaissances fondamentales
Les relations de la culture scientifique et technique aux disciplines enseignées ou pratiquées
Les difficultés rencontrées par les élèves dans la maîtrise du niveau d’organisation moléculaire
Former les élèves aux évaluations terminales
 

Réflexion commune sur l'apprentissage à la schématisation

Réflexion commune sur l'apprentissage à la réalisation d'un compte-rendu

Réflexion commune sur l'apprentissage à la restitution des connaissances

 

Au cours de l'année scolaire 1998-1999, des réunions pédagogiques nous ont permis de faire le point dans différents domaines ; l'objectif étant surtout de progresser dans la conduite de l'apprentissage des élèves à l'autonomie.

  • Les séances de travaux pratiques constituent, pour cet apprentissage, un moment privilégié. On peut en effet rappeler que la notion de travaux pratiques recouvre :

    • Un travail portant sur du concret, du matériel biologique ou géologique,
    • Un travail de l'élève, qui se traduit obligatoirement par une recherche des moyens de produire et par une production,
    • Une production matérielle, individuelle ou d'un petit groupe d'élèves réalisée en autonomie par rapport au professeur,
    • La mise en place d'une véritable diversification pédagogique, ajustée aux besoins de formation,
    • Une relation pédagogique fondée sur une grande disponibilité du professeur à l'égard de chaque élève.
    • Une évaluation formative ou, lorsque les apprentissages sont réalisés, sommative, sans oublier l'évaluation du geste.

  • Les critères de réalisation constituent également un outil indispensable à cet apprentissage ; c'est ce qui nous a conduit à mener une réflexion dans ce domaine.

Réflexion commune sur l'apprentissage à la schématisation. Retour en haut

 

  • L'apprentissage est intégré à la démarche explicative.

  • L'objectif est clairement annoncé (communiquer en évitant un texte long) et la finalité de la représentation explicitée (localiser un organe dans un appareil, représenter un processus…). Ceci permettra aux élèves, en fin d'apprentissages, de choisir la représentation la plus pertinente, comme nous le leur demandons pour les différents graphiques (courbes, histogramme…).

  • La consigne est précise, il convient à ce propos de bien distinguer :

      • Le dessin d'observation, représentation linéaire exacte et précise de la forme de l'objet observé ; il contient tous les détails perçus et se doit de rester objectif ; il néglige cependant les couleurs et les ombres.
        Exemple : dessin d'observation d'une cellule vue au microscope.

      • Le croquis, esquisse rapide se limitant aux grandes lignes du sujet, au contour des principaux éléments qui le constituent. Exemple : croquis d'un paysage lors d'une séance de travail sur le terrain.

      • Le schéma figuratif, représentation simplifiée d'une structure ou plusieurs structures.
        Exemple : schéma figuratif de l'appareil circulatoire.

      • Le schéma fonctionnel, représentation simplifiée d'un processus ; il est réalisé sans référence anatomique par exemple à l'aide de rectangles reliés par des flèches. Cela nécessite une abstraction et une réflexion importantes pour limiter la représentation aux seuls éléments impliqués dans l'étude.
        Exemple : un schéma de régulation.

      • Le schéma fonctionnel figuratif, alliant les schémas figuratif et fonctionnel ; il est plus couramment employé dans les schématisations que le schéma fonctionnel strict car moins abstrait ; par ailleurs il donne des informations anatomiques. Exemple : schéma fonctionnel figuratif du réflexe myotatique.

Remarque : le niveau d'organisation souhaité (organisme, organes, cellules, organites, molécules) dans la schématisation doit être précisé, car une bonne représentation schématique ne comporte que les éléments utiles.

  • L'implication des élèves dans la réalisation de fiches techniques est nécessaire ; en voici un exemple :
    • Réalisation individuelle d'une schématisation.
    • Comparaison des productions entre elles.
    • Réflexion collective conduisant à l'identification de critères de réalisation.
    • Réalisation d'une fiche qui pourra servir de guide à tous les élèves.


  • Les critères de réalisation ne sont certainement pas tous exigibles dès la 6ème ; il convient de construire une progression dans l'apprentissage.


  • Les critères de réalisation d'un schéma figuratif :

    • I1 Organiser votre mise en page pour une bonne lisibilité.
    • I2 Représenter chaque structure impliquée en respectant leur position relative et le niveau d'organisation envisagé.
    • I3 Nommer les structures dans des cadres situés à côté ou à l'aide de flèches (comme pour le dessin d'observation).
    • I4 Mettre un titre en reprenant les termes de l'énoncé.


  • Les critères de réalisation d'un schéma fonctionnel :

    • II1 Se fixer un code de représentation des structures impliquées selon le niveau d'organisation (par exemple des rectangles pour les cellules, des cercles pour les récepteurs).
    • II2 Nommer les structures.
    • II3 Mettre en relation les différentes structures par des flèches, en utilisant un code de représentation suivant leur signification (durée, sens de déplacement, transformation peuvent être codés par des flèches, elles devront alors être différentes).
    • II4 Numéroter dans l'ordre chronologique la succession des événements biologiques ou géologiques concernés par l'énoncé quand ils existent.
    • II5 Présenter la signification des codes utilisés (structures, flèches, n°…).
    • II6 Mettre un titre reprenant les termes de l'énoncé.


  • Les critères de réalisation d'un schéma fonctionnel figuratif : I1, I2, II1, II2, II3, II4, II5, II6

Remarques :

  • Doit-on respecter les codes conventionnels de couleur ? … Sans les imposer à priori, il est bon d'y arriver.

  • Doit-on accepter les légendes indirectes (en annexe au schéma) ?… Seulement si cela est nécessaire à la lisibilité.

 

Réflexion commune sur l'apprentissage à la réalisation d'un compte-rendu. Retour en haut

 

  • Que doit être un compte-rendu ? Une trace écrite rendant compte d'une démarche scientifique complète ou d'une partie de la démarche (replacée dans son contexte).Il inclut, le plus souvent, une activité pratique.

  • L'apprentissage commence lorsque les élèves doivent en réaliser un ; c'est par exemple l'occasion d'une élaboration commune, donc non a priori, ou de façon théorique.

  • Si chaque élève ou groupe d'élèves doit respecter des règles communes, le compte-rendu doit laisser une place à l'initiative.

  • Les critères de réalisation :

    • Mettre un titre qui fait apparaître le problème ou la question posée et la réponse obtenue.
      Par exemple : " La localisation de la photosynthèse : les chloroplastes des feuilles ".

    • Réaliser une introduction comportant :

      • Le constat de départ.

      • Le problème ou la question posée.

      • Le cadre de la résolution, les limites, les choix faits, les définitions nécessaires.

    • Faire ressortir les étapes de la démarche (expérimentale par exemple) :

      • Les hypothèses envisagées et / ou l'hypothèse mise à l'épreuve (l'hypothèse est une solution, une affirmation elle est considérée vraie tant que l'on ne l'infirme pas ; son caractère provisoire ne peut pas s'exprimer sous forme d'un doute, elle n'est construite qu'au présent de l'indicatif, sans y ajouter de "peut-être").

      • Le principe retenu, choisi, pour mettre l'hypothèse à l'épreuve.

      • Les implications vérifiables de l'hypothèse (si les conditions expérimentales retenues précédemment sont réalisées, alors l'événement suivant se produira).

      • Le protocole, détails techniques, et matériel que l'on utilise (espèce…) lorsqu'il est demandé, prend la forme d'un texte court ou d'un schéma légendé.

      • Les résultats obtenus (le choix pertinent du mode de représentation est progressivement laissé aux élèves).
        Une certaine autonomie est indispensable dans les séances de travaux pratiques (ce qui ne signifie pas un certain laisser-aller) mais elle peut conduire à l'obtention de résultats erronés qu'il ne convient pas obligatoirement de sanctionner (choix des objectifs à atteindre). Une réflexion critique est alors possible ainsi que l'exploitation des résultats, si l'on fournit ceux attendus.

      • L'explication du phénomène observé (en s'aidant de ses connaissances).

      • La conclusion : l'hypothèse envisagée est ou non validée étude critique de la validation, éventuellement ouverture sur un autre problème…

N.B. Les mots "analyse " et "interprétation " sont trop ambigus et ne correspondent pas exactement au domaine scientifique, il convient de les éviter.

    • Produire un document court, bien présenté, grammaticalement correct.

Réflexion commune sur l'apprentissage à la restitution organisée des connaissances. Retour en haut

 

 

  • Introduction :

    • Poser le problème (souvent une reformulation du sujet).

    • Définir les mots-clés (les définitions peuvent se trouver dans le développement)

    • Annoncer le plan (facultatif si le plan apparaît sous forme de titres dans le développement).


  • Développement :

    • Organiser le corps du devoir en 2 ou 3 parties cohérentes avec le sujet et qui se suivent de façon logique ; on n'exigera pas de liaisons entre les parties, mais une expression correcte est attendue (phrases grammaticalement correctes, sans abréviations). Les sigles couramment employés comme ADN ou CMH sont autorisés, il serait peut-être bon de donner leur signification la première fois.

    • Introduire les notions essentielles avec un vocabulaire précis.

    • Illustrer le texte par des représentations graphiques

      • claires (taille, soin, couleurs, légende, titre) qui trouveront place au cours du développement ou en annexe si le texte comporte des références).

      • non redondantes, textes et schémas se complètent. Le schéma exprime ce que le texte ne peut pas dire simplement (par exemple la localisation du corps cellulaire d'un motoneurone), illustre les propos écrits (liaison enzyme / substrat lors d'une réaction), résume un mécanisme (conversion de l'énergie dans une cellule)…



  • Conclusion :

    • Faire une synthèse de la réponse au problème posé (un schéma bilan peut être pertinent).

    • Rechercher un élargissement (autres problèmes…).



  • Des questions se posent encore :

    • Faut-il sanctionner le hors sujet ? Non me semble-t-il, l'élève se sanctionne lui-même en perdant du temps, et souvent pour montrer qu'il a appris…

    • Faut-il accepter des schémas de synthèse sans texte d'accompagnement ? Si l'on souhaite un texte d'accompagnement, on prend le risque de redondance!



Les réponses varient selon chacun d'entre nous sans doute parce que certains ne distinguent pas les critères de réalisation et les critères de notation. En effet, s'il est indispensable d'apprendre aux élèves à faire une conclusion, et donc de leur fournir les critères de réalisation, la difficulté de l'exercice est telle que bon nombre d'entre nous s'accordent à limiter l'évaluation sommative à un bonus.

Retour aux pages perso