Courants jet et mouvements en basse troposphère

     

L'image supérieure a été obtenue à partir des données d'un capteur de radiations infra-rouges d'un satellite Meteosat.

Les radiations mesurées sont comprises entre 10,5 et 12,5 µm. Les données sont inversées donc les continents et les océans avec des radiances infra-rouges élevées apparaissent sombres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'image du bas correspond à la vapeur d'eau mesurée par un capteur d'un satellite Meteosat, le même jour et à la même heure.

Les radiations mesurées sont comprises entre 5,7 et 7,1 µm. Les données sont inversées donc les zones sèches de la Troposphère supérieure apparaissent sombres.

La vapeur d'eau mesurée correspond à une zone de l'atmosphère entre 200 et 600 hPa. Les courants jet circulent dans une zone entre 200 et 300 hPa. L'humidité relative fournit des indications sur la moyenne et la haute atmosphère.

L'animation suivante a été réalisée à partir d'images synchronisées obtenues toutes les 6 heures entre le 25 Avril 2002 à 24 heures et le 1 er Mai 2002 à 12 heures.

Animation ( 481ko )

 

 

 

De nombreux auteurs considèrent ( au moins pour le courant polaire situé entre la cellule polaire et la cellule de Ferrel) que les mouvements d'air dans la Basse Atmosphère puisent de l'énergie à partir des noyaux des courants jet.

Le courant Jet possède plusieurs noyaux. En entrant dans le noyau, les vents passent de 300 à 130 km.h-1. En sortant du noyau, ils accélèrent. C'est donc surtout à l'avant du noyau ( zone de diffluence) que se créent des perturbations engendrant des transferts verticaux d'énergie.

Ces noyaux se déplacent moins vite que les vents du courant jet proprement dit.

( La situation est cependant plus compliquée quand on considère que le courant jet ne se déplace pas en ligne droite. )

Animation ( 58ko )

 

Compléménts d'informations :

http://www.cnrm.meteo.fr/dbfastex/recyf_temp/tempet001.html

http://www.crh.noaa.gov/lmk/soo/docu/basicwx.htm

 
retour vers accueil